Brève d’archives : Herriot professeur

L’approche des vacances scolaires et le départ de mes élèves et étudiant.es vers de nouveaux horizons (ah, Parcoursup !) est l’occasion de partager une brève d’archives, un instantané de l’Edouard Herriot professeur avant d’être maire apparu au détour d’un carton des Archives municipales de Lyon (la cote, pour les curieux : 647W/17).

“Il ne faut jamais abaisser son enseignement si l’on parle devant le peuple. La culture agit par son ascendant.” (Edouard Herriot, Jadis, T. 1, Paris, Flammarion, 1948, p. 139)

Telle est la leçon que tire Edouard Herriot de son expérience d’enseignement devant les ouvriers du quartier de la Croix-Rousse, à l’Université populaire de Lyon qu’il a contribué à fonder. C’est en effet pour y enseigner qu’Herriot arrive à Lyon à la fin du XIXe siècle. Tout juste auréolé de l’agrégation de lettres et après une première année au lycée de Nantes, il est nommé au lycée Ampère en 1896. Il y prend la tête d’une des toutes premières khâgnes de province en 1901. Là aussi, au-delà de l’enseignement exigeant propre aux classes préparatoires, la volonté d’élargir l’accès à une culture de qualité semble être une préoccupation majeure d’Herriot, comme en témoigne le document ci-dessous.

Dans cette lettre du 29 mai 1907 envoyée au cabinet du maire, deux khâgneux, André Auquier et F. (ou S. ? ou L. ?) Bolle, remercient Edouard Herriot, alors jeune maire (il a été élu en novembre 1905 et a donc quitté son poste en khâgne au cours de l’année scolaire précédente), d’avoir mis à leur disposition les loges dont il jouissait à l’année, peut-être en tant que maire, au théâtre des Célestins et au Grand Théâtre (aujourd’hui, l’opéra de Lyon). Le simple coup de crayon sur la première page, à l’attention de son secrétariat, signifie qu’il a traité le courrier et répondu lui-même.

La lettre témoigne à la fois de l’attachement des étudiants à leur professeur (il est affectueusement surnommé Maître, comme c’est la tradition en khâgne, et les 3 pages sont couvertes de nombreuses marques d’affection), et de la volonté de ce dernier, même après avoir quitté son poste, de continuer à accompagner ses élèves en leur permettant d’aller gratuitement au théâtre.

La khâgne 1902-1903 du lycée Ampère : les “deux Edouard” : le professeur, Herriot (au centre, flèche blanche) et l’élève, Daladier (en haut, flèche grise). Photographie tirée de l’ouvrage Vara, tibi Khagna. Etre khâgneux à Lyon. 1901-2001, Lyon, Khagna Lugdunensis Tribus Veterum, 2001, 194 pages.

Yann Sambuis

Docteur en histoire. Chercheur associé au Larha (Lyon). Histoire politique, histoire urbaine, Lyon, XXe siècle. Enseignant en lycée et à Sciences Po Lyon.

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Yann Sambuis (16 juin 2023). Brève d’archives : Herriot professeur. Histoire(s) politique(s). Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pjov


A propos Yann Sambuis

Docteur en histoire. Chercheur associé au Larha (Lyon). Histoire politique, histoire urbaine, Lyon, XXe siècle. Enseignant en lycée et à Sciences Po Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.